les moulins à eau

.

Les moulins à eau

 

          Les premiers moulins à eau font leur apparition sous l'empire romain, mais il faudra attendre l'époque carolingienne et le Moyen Âge pour voir leur essor dans notre région. Ils sont la propriété de la noblesse et des abbayes, leur usage est obligatoire pour la population car ils sont frappés du droit de banalité (taxe sur la mouture).

          Ces moulins, particulièrement nombreux au 18ème siècle seront progressivement supplantés au 19ème siècle par des minoteries fonctionnant à la vapeur puis à l'électricité.

Un grand nombre de moulins

          On dénombre environ 45 moulins sur les 80 km du cours du Meu et, si l'on ajoute ses affluents, on arrive à plus de 100 moulins sur l'ensemble des ruisseaux du bassin versant. il aura fallu déployer beaucoup d'ingéniosité et des travaux énormes pour profiter au mieux de l'énergie de ces touts petits cours d'eau par des dérivations, des biefs, des digues et retenues d'eau, des îles artificielles.

          Alors une question nous vient à l'esprit, pourquoi la nécessité d'un si grand nombre de moulins ?

          Eh bien tout d'abord parce que l'eau est une source d'énergie gratuite et ensuite par le fait d'une importante consommation de farine dans les siècles passés : au 19ème siècle, le Français mangeait 600 g de pain par jour contre à peine 130 g aujourd'hui. Alors, les moulins à céréales produisaient une grande quantité de farines de blé, d'orge, d'épeautre et de sarrasin et également d'un mélange appelé posson.

          La production de farine n'était pas la seule activité de la meunerie. On trouvait aussi des moulins à foulons dans lesquels on teillait le chanvre et le lin pour en faire du fil textile, des moulins actionnant les métiers à tisser des draperies, des moulins à tan où l'on broyait l'écorce de chêne (le tan) avant de l'utiliser en tannerie pour le tannage des cuirs, des moulins à papier, des moulins qui faisaient fonctionner les machines des scieries et des forges.

Le fonctionnement du moulin

          Un courant d'eau est amenée dans le coursier par un canal, le bief. La force de cette eau entraîne la grande roue à aubes qui tourne autour de son axe horizontal. A l'autre bout de cet arbre, une machinerie de courroies et d'engrenages en bois puis plus tard en fonte (le rouet et la lanterne) fait tourner une meule de granit sur une autre meule fixe appelée la meule dormante. Leur frottement provoque l'écrasement des grains. La farine obtenue est tamisée afin d'en séparer la balle (le son).

          De la quantité d'eau disponible dépend la durée de fonctionnement du moulin. Alors des réservoirs sont aménagés derrière des digues, en amont du moulin. Un déversoir ou un seuil permet à la rivière de continuer son cours vers le moulin suivant.

Le meunier

          Dans les campagnes, tout le monde va au moulin porter son grain à moudre car l'essentiel du pain est produit à domicile dans des fours à pain individuels. Le meunier, l'homme en blanc, n'a pas le même statut que les cultivateurs. C'est un homme riche et respecté. Outre qu'il dispose du droit de pêche dans ses retenues d'eau, son travail lui laisse du temps libre qu'il emploie sur une exploitation agricole. Il ne cultive pas mais fait de l'élevage. Les déchets de son et les grains oubliés lui permettent de nourrir des porcs et  des volailles qu'il revendra ensuite. Il est aussi le fournisseur des boulangeries de la ville qui dépend de la fréquence de ses livraisons et de son tarif.

          De plus certaines mauvaises langues racontent que le contenu des sacs n'est pas toujours fait que de farine et que les balances n'ont pas la même pesée selon l'arrivée ou le départ des sacs...

          Sous l'ancien régime, jusqu'au 18ème siècle, le meunier est également l'agent collecteur de l'impôt de banalité sur la mouture du grain. Et pour cela, il est rétribué par le seigneur.

.

.

.

la roue à aubes dans son coursier

     

mécanisme de moulin à farine

 

maillets de moulin à foulons

canisme de moulin à tan

martinet de forge

scie à ruban

mécanisme de métier à tisser

moulin à papier de lin

          Les photos présentées sur cette page ne sont pas contractuelles. Elles ne correspondent pas aux moulins des pages suivantes qui, hélas, ont trop souvent perdu leurs roues et leurs mécanismes. Il faudra seulement y voir les illustrations des différents types de moulins rencontrés, afin de mieux en comprendre les fonctionnements.

 

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site